revv-valence

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Accueil Evènements Keizo 2009

Keizo

Un événement "historique" pour le vélo à Valence ....

Envoyer Imprimer PDF

Le voyage de Keizo Kobayashi nous rappelle que Valence a toujours été une ville pionnière pour le vélo

 

Le 1° Septembre, Valence - première ville au monde à avoir fondé (en 1868 !) une association de cyclistes, a accueilli Keizo Kobayashi, éminent spécialiste de l’histoire du vélocipède, qui a refait de Paris à Avignon le premier grand voyage effectué sur un vélocipède.

Occasion pour Valence de saluer une personnalité qui a mis en évidence le rôle historique de notre ville dans le développement de l’usage du vélo.

Keizo est arrivé le 3 Septembre au but de son périple commémoratif :

à Avignon, devant le vélocipède Michaux érigé au Pontet.

Mise à jour le Jeudi, 22 Octobre 2009 13:19 Lire la suite...
 

Keizo Kobayashi : un spécialiste de l’histoire du vélo qui vérifie ses sources pédales aux pieds

Envoyer Imprimer PDF

        Keizo Kobayashi est né le 20 janvier 1949 à Gummaken, à cent kilomètres au nord de Tokyo. A dix neuf ans il fait un tour du Japon à bicyclette, à laquelle il voue une véritable passion.

        Comment est-il devenu ensuite ce spécialiste de l’histoire du vélocipède, reconnu aujourd’hui comme une “autorité” au niveau international ? La carrière d’historien du vélo de Keizo Kobayashi est assez surprenante : du Japon, son pays d’origine, il est venu dans les années soixante-dix en Europe aidé par le « Bicycle Culure Center » de Tokyo pour étudier l’histoire du vélo. Sa première destination fût l’Allemagne, ce qui paraissait a priori logique puisque c’est un allemand, le baron von Drais qui fit breveter en 1817 (à Paris) sa “machine à courir”, la fameuse “Draisienne”. Mais très rapidement Keizo Kobayashi constate que cet engin -qui est une impasse sur le plan technique, a été modifié et considérablement amélioré par des Français. Jusqu’à ce que la guerre de 1870 ralentisse le rôle de l’industrie française, la France est le pays clé pour l’histoire du vélo. Keizo Kobayashi décide donc de s’installer en France et d’apprendre notre langue pour mieux mener ses recherches.

 

        Son ouvrage : « L’histoire du vélocipède de Drais à Michaux 1817-1870 » qui a fait l’objet d’une thèse à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (en 1990), fait autorité au niveau international. Cet ouvrage est exceptionnel par sa documentation : Keizo Kobayashi a écumé tous les centres d’archives d’Europe pour vérifier toutes les informations concernant la naissance du vélocipède.  Il a permis de régler sans discussion le sort de toutes les nombreuses légendes qui courraient sur la naissance du vélo : du célérifère du baron de Sivrac, au prétendu vélocipède à pédales de l’écossais Macmillan, sans oublier le fameux dessin d’un vélocipède attribué à Léonard de Vinci (ce qui n’empêche pas les Italiens de toujours croire que c’est Léonard qui a inventé le vélo !).


         Depuis 1979, il vit et travaille en France en tant que représentant pour l'Europe de « Bicycling Popularization Association of Japan » (Tokyo). Et à ce titre, il exerce de multiples activités liées au vélo, à l’industrie du cycle, à l’aménagement cyclable et à la compétition cycliste. Historien du vélo, il participe régulièrement aux travaux qui se mènent au niveau international sur ce thème. Cette année, il participera à la Conférence internationale sur l’histoire du vélo, qui a lieu –fin juillet- à  Freehold (New Jersey, USA)

        Mais Keizo Kobayashi est également un historien qui met la main à la pâte – en l’occurrence : les pieds sur les pédales- pour vérifier ses sources et plonger de la façon la plus réaliste dans l’ambiance de ce premier voyage au long cours réalisé en vélo ....

Mise à jour le Vendredi, 10 Juillet 2009 07:17
 

« 150 ans de vélo à Valence, ville pionnière pour le vélo comme moyen de déplacement»

Envoyer Imprimer PDF
       En faisant étape à Valence, Keizo Kobayashi a voulu aussi rendre hommage à une ville qui a été la première au monde à créer une association cycliste.

       C’est en effet le 15 mars 1868 qu’ont été déposés à la préfecture de Valence les statuts du « Véloce Club » par “des amateurs de vélocipèdes habitant Valence et les environs dans le but d’étudier et de perfectionner les vélocipèdes » :
 
 
 
           Keizo Kobayashi  qui a découvert aux Archives de la Drôme le texte fondateur de ce Véloce Club, a également retrouvé une petite brochure qui constitue le premier récit d'une randonnée à vélo. Il s'agit de la randonnée effectuée par les membres du Veloce-Club de Valence à Senaud-Albon (distant d'environ 55 km de Valence). Le récit établi par Augustin ARGAUD a été publié sous le titre : « Compte-rendu d’une course de vélocipède au château de Senaud, canton de Saint-Vallier (Drôme), dans la journée du 19 mai de l’An de grâce 1868 », Valence, imprimerie Chaleat, in-8, 8 p. Un document historique ! Et qui mériterait bien d'être réédité aujourd'hui, car il fait partie du patrimoine de Valence.
 

 
* * * * 

       REVV se réjouit que l’étape valentinoise du voyage de Keizo Kobayashi nous donne l’occasion de rappeler à tous les habitants de l’agglomération de Valence que notre ville a été pionnière dans l’usage du vélo et à les encourager à faire que Valence continue dans cette voie.

      Dans la préparation de son voyage Keizo Kobayashi a déjà pu constater qu’il est plus difficile aujourd’hui qu’il y a 150 ans d’effectuer un grand voyage en vélo dans notre pays. Car en 1865 l’automobile n’existait pas, et emprunter les grandes routes -devenues ensuite “Nationales”- ne posait aucun problème (si elles n’étaient pas goudronnées, ces routes étaient “macadamisées” et donc bien roulantes). Le trafic automobile (PL notamment) rend aujourd’hui le réseau de ces grandes routes impraticable aux vélos. Surtout entre Lyon et Avignon où se concentrent tous les grands réseaux de transport (routier, autoroutier, ferroviaire et fluvial) et les plus grands sites industriels de France. En vérité en 150 ans, le réseau routier a beaucoup plus changé que la mécanique des vélos !

       C'est d’ailleurs pour rendre de nouveau possible et quotidien l’usage du vélo – le seul moyen de transport fonctionnant sur l’énergie humaine, donc authentiquement écolo- que se sont créées des associations comme REVV Et c’est pourquoi REVV déploie autant d’efforts pour faire exister des itinéraires vélos alternatifs en ville et des vélo-routes dans la vallée du Rhône.

        Puisque la venue de Keizo Kobayashi nous rappelle opportunément que voilà 150 ans que le vélo démontre son intérêt et ses vertus à Valence, REVV tient à faire le meilleur accueil à cette éminente personnalité scientifique qui vient en vélo nous rendre visite.
Mise à jour le Jeudi, 16 Juillet 2009 13:06
 

Un voyage commémoratif de la première randonnée cycliste de l’histoire

Envoyer Imprimer PDF
Pourquoi refaire aujourd’hui le voyage des frères Olivier ?

    Keizo Kobayashi pensait depuis longtemps à refaire le voyage des frères Olivier.  Son attachement à ce voyage, il l’explique ainsi : « au cours de mes années de recherches sur l’invention du vélocipède et de rédaction de ma thèse d’histoire, j’ai pratiquement vécu dans l’intimité de René et Aimé Olivier qui sont finalement devenus mes amis. Le vélo est depuis toujours une passion pour moi, même si je ne suis qu’un cycliste pratiquant ordinaire. Et je voudrais partager et revivre avec les frères Olivier le voyage de Paris à Avignon qu’ils ont effectué en août-septembre 1865 »

    Keizo Kobayashi entend aussi à cette occasion rappeler le rôle pionnier que la France a joué dans l’invention du vélocipède et dans le développement de son usage.
 
 
Le parcours du voyage des frères Olivier en 1865 (document autographe)
 
Une préparation pour le 150° anniversaire de ce voyage historique
    Keizo Kobayashi a le projet de refaire de nouveau ce voyage en 2015, pour son 150° anniversaire (1865-2015), mais cette fois avec le vélocipède qu’ont utilisé les frères Oliver : le mythique vélocipède Michaux. Il est d’ailleurs prêt « si ce projet intéresse d’autres cyclistes et passionnés de vélos, à partager avec eux la joie de revivre ce voyage sur les vélos de l’époque ».

    Rappelons que Michaux est cet artisan-constructeur parisien qui eut le premier au monde l’idée -en 1861- d’ajouter des pédales à une “Draisienne” (sur l’axe de la roue avant), donnant naissance au premier authentique vélocipède de l’histoire, permettant ainsi de transformer l’engin du baron von Drais en un véritable véhicule capable de réelles performances routières. Quant aux frères Olivier, lyonnais d'origine, ils étaient ingénieurs et sportifs. Fermement convaincus des perspectives de développement du vélocipède, ils ont repris en 1869 l’entreprise Michaux. Ce voyage de Paris à Avignon était pour eux un excellent moyen de démontrer au public les capacités nouvelles qu’offrait le vélocipède.
 
    Notons à ce propos que les vélocipédistes devaient déjà à cette époque être assez nombreux dans la Drôme, puisqu'en 1868- la maison MICHAUX, faisait régulièrement dans le “Courrier de la Drôme et de l'Ardèche" de la réclame pour ses vélocipèdes, vantant ses "grands perfectionnements" et son "nouveau et excellent système de graisseurs".

 

                                                         Le vélocipède Michaux :

 
 
 
 
Mise à jour le Jeudi, 16 Juillet 2009 13:30